250x160 vaubanEn Europe Vauban était, à l'époque, un expert en l'art d'organiser l'attaque et la défense lors d'une siège d'une ville ou d'une place forteOuvrages avancés 

234px-Daniel Wolff baron van Dopff painted by Johann Valentin Tischbein ca 1750Daniël Wolff,         baron van Dopff, Commandant du bastion Maastricht depuis 1694, gouver- neur intérimaire  depuis 1704, construisit plusieurs ouvrages de défense.Ce n'est que pendant la période des Provinces-Unies ( 1632-1794) que Maastricht devint internationalement célèbre comme "Boulevard des Pays-Bas".

 

L'enceinte du Moyen-âge, connu depuis lors comme le rempart capital, conserva son importance pour la mise en batterie de l'artillerie et comme dernière ligne de résistance; mais en avant de la ville se développa un système d'ouvrages avancés, de telle étendue et diversité qu'on ne trouve nulle part ailleurs autour d'une ville Néerlandaise.
Les ouvrages avancés, une réponse au rôle prépondérant de l'artillerie, furent à la charge des Etats-Généraux et aménagés à l'origine selon les principes de l'ancien système néerlandais de fortifications, comportant principalement un ensemble bien ordonné d'ouvrages en terre assez bas et se flanquant mutuellement.

 

En comparaison des chemins de ronde sur la saillie de la seconde enceinte, ces ouvrages avancés avaient l'avantage de pouvoir tenir à distance les canons ennemis. La mise en batterie de leur artillerie en plein air dans les ravelins devant les portes délivrait les défenseurs de la fumée de poudre dans les casemates voutées.
Le système était en fait conçu pour une protection par l'eau et en rapport avec ceci une utilisation limitée de maçonneries. La situation autour de Maastricht, où on ne disposait pas de douves dans le secteur compris entre la Tongersepoort et la Lindenkruispoort - dit Hoge Fronten - obligea les architectes militaires à s'éloigner souvent du modèle des Pays-Bas du Nord. Cela implique : maçonneries à beaucoup plus grande échelle et extension parfois embrouillée de la ceinture de fortifications.

 

Maastricht 1753 HattingaMaastricht 1753  

vesting 1744Plan de la place forte en 1744 dans    "Bolwerk der Nederlanden"

 

 Les gros ouvrages à corne rectangulaires étaient entièrement en terre, mais les bastions pentagonaux avaient des murs en marne, à parement de briques.
Ils étaient protégés par un fossé à sec dont plus tard le talus côté campagne ou contrescarpe fut le plus souvent maçonné. Il en fut de même pour les lunettes qui étaient de petits points d'appui avancés. On y trouve en outre toutes sortes d'ouvrages en terre rarement maçonnés, tels que couvre-faces et tenailles présentant des angles saillants respectivement rentrants, parfois reliées pour former un rempart en zigzag. La ligne de défense extérieure était formée par un chemin couvert avec parapet dont le côté extérieur, le glacis, descendait en pente douce en avant de la ville.

 

  

Cookies make it easier for us to provide you with our services. With the usage of our services you permit us to use cookies.
Ok